Focus sur la peinture hydrofuge de façade avec les experts CPBI !

Après la phase de construction ou de réfection, la peinture fait partie des phases de finition indispensables pour décorer et donner de l’esthétique aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Cette étape est importante au point où l’on doit se demander quel type de peinture utiliser pour la décoration, la résistance et la durabilité de l’immeuble.

La peinture de façade hydrofuge : une solution contre les aléas climatiques

La peinture de façade hydrofuge offre d’énormes avantages. En dehors de son principe décoratif, elle protège le mur ou la face ravalée contre :

– les intempéries ;

– l’humidité ;

– la pollution et la poussière ;

– les bactéries et les algues ;

– les rayons ultraviolets.

Les formes de peinture hydrofuge

Il existe deux formes de peinture dans les entreprises industrielles : la peinture hydrofuge conçue pour l’intérieur. Elle permet de bloquer l’humidité et le développement des algues et moisissures ;

la peinture hydrofuge conçue pour l’extérieur. Cette peinture est spécifique. Elle est privilégiée pour sa double fonction (la décoration et la résistance aux aléas et intempéries ci-dessus énumérés).

L’hydrofuge : une peinture de façade standard

La peinture hydrofuge peut s’appliquer sur toutes les façades, en l’occurrence sur :

– les façades avec fissures ou non ;

– les mortiers ;

– les briques crépis ou non ;

– les briques en relief ou non ;

– les bétons ;

– le ciment ;

– le plâtre.

La peinture de façade hydrofuge présente-t-elle des inconvénients ?

La peinture de façade hydrofuge ne présente aucun effet négatif. Cependant, elle perd son principe hydrofuge lorsqu’elle se détériore.

Elle devient salissante, et dans ces conditions, il est conseillé de vite la renouveler. Aussi, la peinture hydrofuge ne règle pas totalement les problèmes d’infiltrations. Les anti-humidités sont donc utilisées en complément.