Quelles aides financières 2019 pour un ravalement de façade ?

Êtes-vous propriétaire d’une maison ou d’un immobilier, et vous constatez que vos murs extérieurs se salissent et/ou se fissurent ? Il s’agit d’une situation à laquelle on est inévitablement confronté, un jour ou l’autre. Et la seule solution qui s’impose dans ces conditions est de procéder au ravalement de façades. Il garantit à votre bien immobilier une bonne durabilité et une esthétique exceptionnelle. Mais loin de tous ces avantages, cette opération constitue une obligation légale. Toutefois, à cause de coût financier qui parait un peu élevé, beaucoup de personnes ne le font pas toujours en oubliant qu’elle est éligible aux aides et des subventions de diverses natures !

Le ravalement de façade : c’est quoi et pourquoi est-il éligible aux aides de l’état et autres ?

Le ravalement de façade, encore appelé rénovation de façade, rassemble tous travaux de nettoyage (gommage, ponçage, nébulisation…) et de restauration des parties extérieures des murs d’un logement. En effet, tout comme vous prenez soin de l’intérieur de votre maison, vous devez en faire de même pour l’extérieur.

Il est obligatoire en France et doit être réalisé au moins une fois tous les 10 ans. Il augmente le rendement de tout système d’optimisation énergétique par le maintien en état, voire l’amélioration du bâti. Comme nous l’avons dit à l’entame de l’article, ce procédé assure la pérennité et la sécurité de la maison.

Il permet aussi de diminuer tangiblement les pertes thermiques que subit un logement ou un immeuble. C’est d’ailleurs pour cette principale raison qu’il jouit de nombreuses aides de l’État et plus principalement des aides écologiques.

Les aides financières pour un ravalement de façade

On vous présente ici toutes les aides pour un ravalement de façades. Nous avons :

Un taux de TVA réduit : étant donné que le ravalement est une amélioration de votre logement, une TVA réduite à 10 % s’applique afin de permettre l’entretien de bien immobilier et de favoriser les travaux de réfection. Avec cette aide, les montants de vos factures seront complètement revus à la baisse ;

Le crédit d’impôt : vous pouvez bénéficier de cette aide au financement si les travaux réalisés ont pour but d’améliorer l’isolation de votre maison favorisant ainsi l’économie d’énergie. Toutefois, le crédit d’impôt ne vous sera pas accordé si vous bénéficiez déjà d’un taux de TVA réduit ;

L’éco prêt à taux zéro : il s’agit d’une sorte de prêt bancaire classique dont la particularité est que les intérêts du prêt sont payés par l’État et non par l’emprunteur ;

La prime énergie : c’est un dispositif d’aide écologique créé par l’État avec la collaboration de certains acteurs (vendeurs, producteurs ou distributeurs) de la filière énergétique ;

Les aides de l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l‘Habitat (ANAH) : cette mesure vient en aide aux propriétaires, locataires et syndics qui effectuent des travaux de rénovation visant l’entretien et la bonne santé de l’habitat. Mais vous devez respecter certaines conditions avant de l’avoir. Par exemple, l’immeuble doit être occupé ou loué de plus de 15 ans à la date de l’octroi de la subvention. Si c’est une résidence principale, elle doit être occupée ou louée durant au moins 6 ans après la fin des travaux. Les travaux doivent être réalisés par des professionnels du bâtiment avec un montant minimum de 1 500 €.

Outre ces aides, il existe également d’autres aides destinées à la restauration de votre habitation. On peut citer en premier lieu les subventions des collectivités territoriales. Elles désignent des conseils régionaux, généraux ou encore des communes. Elles varient en fonction des collectivités. Il y a également les subventions de la DDE (Direction Départementale de l’Équipement).